Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Apprendre à photographier le nu et dialoguer avec l'auteur de "Les secrets de la photo de nu" aux éditions Eyrolles.

28 Feb

Une pose très osée

Publié par Philippe Bricart

J'ai reçu un courriel de Gilles qui me fait part de sa hantise de faire une photo vulgaire et qui pèse les conséquences que cela pourrait avoir pour le modèle.

J'ai répondu directement à Gilles mais j'ouvre ici le débat.

Nous sommes bien là au cœur d'une des questions centrales, à mes yeux, de la démarche du photographe de nu artistique.

L'on travaille avec des êtres humains, qui dévoilent une part de leur intime et face à cela le photographe a une responsabilité.

Je vais vous expliquer la genèse d'une pose très osée et vous donner les raisons qui font que je la publie ici.

Voici l'image :

ISO 200, 25 mm, f2,8, 1/60 s, APS, lumière du jour, N5

ISO 200, 25 mm, f2,8, 1/60 s, APS, lumière du jour, N5

L'histoire de l'image :

Au début d'une séance personnelle avec un de mes M. habituels, je lui ai demandé de s'allonger sur une table de manière à ce que tous ses membres tiennent sur l'espace de la table et j'ai ensuite cherché une composition avec les bras et les jambes. Il y avait très peu de lumière venant d'un coin de tissus pendant de la fenêtre. J'étais monté sur une chaise et m'apprêtais à remettre au coin de ma fenêtre le bout de tissus pendant avant d'installer mon tungstène dans la même direction, quand mon M., que je connaissais bien et avec lequel s'était établie une relation très confiante, prit à un moment, probablement pour se relaxer, cette position très ouverte et instantanément je "vis l'image"dans mon esprit. j'avais l'appareil photo autour du cou. J'ai demandé à mon M. de ne pas bouger et j'ai immédiatement shooté (le M. était d'accord pour me laisser prendre ce type d'image osée dans lequel on ne la reconnaît pas) avec la rare lumière du jour présente, au relatif grand angle pour pouvoir me contenter d'une vitesse basse et en ouvrant au maximum de mon objectif à f2,8.
J'ai fait toute une séance sous exposée, mais que j'aime beaucoup. Je l'appelle "X (du nom du M.) papillon" pour ces jambes comme des ailes ouvertes.
Un peu effrayé de l'indécence de la pause, j'ai essayé des variantes en jouant sur les déformations pour styliser l'image. Au final j'aime les images classiques (sans déformations) et les images déformées mais ma préférée est cette image non déformée.

Gérer la déformation :

C'est la partie la plus difficile de l'image, que j'ai classé N5, le plus haut niveau de difficulté.

Je suis persuadé que si l'image parait échapper à la vulgarité, du moins à mes yeux et à celui de mon entourage, c'est en grande partie grâce à une élégance des formes.

L'image a été prise avec un objectif légèrement assez court, c'est la position du photographe par rapport au M. qui joue le plus, pas l'objectif. j'étais monté sur une chaise ce qui rendait mon objectif plus parallèle au M. et plus équidistant des différentes parties du M en plaçant l'objectif vers le centre du sujet.
J'ai travaillé l'image en transversalité, c'est à dire en passant de l'horizontalité de la réalité non à la verticalité mais à un entre deux. Un probable désir de stylisation devant l'impudeur de la pose.
J'ai essayé les deux transversales contraires: Haut droit vers bas gauche et haut gauche vers bas droit et j'ai abandonné en cours de route mon idée première de faire tenir les quatre membres du M. sur la table. La position générale à la fois très osée mais, pour moi, très élégante aussi, a primé.
Outre le souci d'avoir très peu de lumière s'est rajouté celui d'avoir une lumière venant résolument du haut, peut être 1,50 m au dessus du M. J'ai expliqué plus que ce n'était pas du tout la lumière que j'avais en tête mais que j'ai shooté dans l'urgence à la vue d'une pose qui m'inspirait. Le résultat est une lumière qui aurait été certainement plus facile à travailler au développement si elle était venue d'une source plus large et moins haute.

Le développement :

Cette image souffre de nombreux handicaps: un boitier d’une ancienne génération avec une optique médiocre qui plus est, utilisée à f2,8, et une sous exposition à la prise de vue..
les presets ne fonctionnaient pas entièrement à mon gout et j’ai du travailler au pinceau zone par zone pour obtenir un résultat final satisfaisant. On peut souvent arriver à quelque chose avec une image dont les paramètres de prises de vues ne sont pas optimum. On est limité dans les possibilités d’interprétation, alors qu’une image ayant des paramètres corrects à la prise de vues laissera le champ à des interprétations variées.

Le débat sur la vulgarité et la protection du modèle :

Il y a une part de subjectivité évidente dans le ressenti de la vulgarité.

Pour ma part je ne trouve pas cette image vulgaire même si elle est très osée, mais certains auront, j'imagine un avis différent.

Je ne montrerai pas cette image si le modèle était reconnaissable et cela même avec l'assentiment du modèle. Je considère que le risque de jugement négatif à l'égard du modèle est trop grand.

j'ai soigneusement effacé tout ce qui pouvait rendre le modèle reconnaissable comme par exemple les grains de beauté.

J'ai fait cette image sous le coup d'une émotion esthétique, largement due à un équilibre des formes et indépendante du fait que le sexe était visible, qui m'a envahi à l'instant où le modèle a pris la pose; c'est cela, à mon sens qui a permis un résultat. Je ne me suis jamais aventuré à essayer de refaire cette image avec d'autre modèles et je ne suis pas sur que j'obtiendrai une image qui me satisfasse.

Commenter cet article

sylvain 14/04/2015 08:28

cette photo est magnifique,position,l'éclairage,il faut être un grand pro,loin du porno et de la vulgarité
du grand art très belle image artistique que d amour dans ce travail bravo pour les deux
ps: bravo pour le respect mutuel a+

Philippe Bricart 14/04/2015 09:05

Bonjour Sylvain,

Que dire après un tel commentaire ? Je pointerai quand même le fait que c'est le modèle qui m'a "offert" l'image même si c'est moi qui en est conçu ensuite la composition et fait l'interprétation. J'étais là au bon endroit et au bon moment, c'est important. Peut être n'aurai-je jamais pensé à cette image autrement.

Julien Lemoine 04/03/2015 14:47

Bonjour et merci pour ce blog. En matière de nu artistique, la frontière entre le beau et le vulgaire est parfois ténue, alors même que le beau et le vulgaire sont opposés.

Sylvain 28/02/2015 16:09

Vous excuserai ma franchise mais je suis comme ça.
Ont fait des photos artistique de modèle nu,nu signifiant que la personne est nu.La photo que tu as prie ici est très artistique avec toute ces valeurs et même si le vagin parait évident cet avec subtilité que Philippe a prie cette photo.avec tout le respect de l'art.Ont est loin de la porno ou de la vulgarité ici la........J'aime bien la pose et l'éclairage qui fait de cet photo une très belle image artistique et non vulgaire.Merci Philippe
PS j'ai bien aimer ta conférence avec Laurent car j'ai profité de ta grande expérience ainsi que tes commentaires utile et pratique qui mon bien aider Merci

Philippe Bricart 01/03/2015 02:52

Merci Sylvain. Ton message m'a fait plaisir et je suis heureux que les lecteurs de mon blog réagissent.
Le ressenti devant une image est bien l'essentiel. On ressent de la vulgarité ou on en ressent pas et ce indépendamment de ce qui est montré. Une image où le modèle est habillé peut , à l'inverse, être vulgaire.
La deuxième question que pose ce type d'image est vis à vis du modèle et donc de la place de la femme dans nos sociétés.
J'ai dit que je n'aurais pas montré cette image si le modèle avait été reconnaissable. est ce que je suis hypocrite alors ? A mon sens non, il y a des choses qui peuvent être montrées dans le domaine public, tout en gardant l'anonymat de la personne. Et pas seulement concernant le corps. Par exemple un écrivain peut publier une relation amoureuse entre lui et une autre personne, y dévoiler son intimité mais sans donner le nom de la personne.
Je continuerai dans ce blog à soulever ce genre de questions car je les trouve passionnantes.
N'hésitez donc pas à donner votre avis !

À propos

Apprendre à photographier le nu et dialoguer avec l'auteur de "Les secrets de la photo de nu" aux éditions Eyrolles.