Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Apprendre à photographier le nu et dialoguer avec l'auteur de "Les secrets de la photo de nu" aux éditions Eyrolles.

27 Jan

"Espace vert"

Publié par Philippe Bricart

Ceux qui liront mon livre sauront que je ne mets pas les "espaces verts" dans mes endroits recommandés pour la photos de nu. Le modèle nu courant sur le gazon trouve vite ses limites. Cependant en réfléchissant aux images prises dans le château près de Budapest que je vous ai montrées récemment, je me suis dit que j'en avais prise une dans le jardin et qu'à partir d'un fichier pas vraiment enthousiasmant au départ, j'avais obtenu un rendu plus intéressant en travaillant le développement sur Lightroom.

Étudions d'abord le fichier de base tel que Lightroom 5 me le livre "brut de décoffrage":

Attention ce fichier ne représente pas du tout à mes yeux "la vraie photo", celle que j'aurais ensuite "bidouillée". Pour moi la vraie photo, est celle que son auteur montre au final. La partie de traitement sur ordinateur est souvent tout bonnement nécessaire. Juger la photo de départ, c'est un peu comme si l'on commentait la saveur d'un plat avant qu'il ne soit cuit.

Le fichier de base
Le fichier de base

Le fichier de base

La prise de vue:

Boitier Canon 5D mark II

Zoom 24/105 mm Canon

Analyse des paramètres:

105mm, La focale la plus longue de mon zoom.

Pourquoi ?

Le téléobjectif en nu sert à "envelopper" le modèle, à lui donner des formes un peu plus ronde.

Pour les magazines dits de charme (Playboy), le photographes utilisent souvent de longues focales, autour de 250 mm par exemple sur un plein format pour rendre le modèle plus "sexy"

En revanche les photographes de mode avec des modèle habillées mais parfois aussi pour du nu

utiliseront souvent des grands angles pour donner un effet de minceur au modèle.

Pour la photographie de nu artistique on est bien sûr libre de ses choix et souvent on utilisera des focales "favorites", celles avec lesquels on sent bien la présence du M. dans le viseur. Chaque photographe un peu expérimenté a les siennes et pour les débutants il est utile de les repérer en utilisant un zoom. Ensuite on pourra par exemple acheter de couteuses focales fixes leur correspondant.

Ici j'utilise ma focale la plus longue pour donner un peu plus de forme au M.

Le corps a été huilé pour accentuer le contraste.

Les paramètres sont quasiment optimaux.

Seule la vitesse peut sembler un peu juste. Mais il faut savoir que le modèle ne marchait pas mais était statique, donc 1/125 s est parfait.

On constate sur l'histogramme qu'il y a de fortes basses lumières mais a priori pas bouchées. A droite de l'histogramme les plus hautes lumières sont encore très éloignées du blanc pur, on pourrait dire que le fichier est un peu sous ex mais c'est volontaire. Je ne pense pas avoir à éclaircir au développement la densité du corps du M.

Face à ce type d'images un peu ennuyeuses, je vais essayer de trouver un preset "costaud".

J'en trouve deux qui me donnent des directions mais ne me satisfont pas vraiment. En fait je vais m'inspirer un peu de chaque pour faire ma cuisine bien à moi.

C'est très souvent le cas maintenant que je passe en revue mes preset dès le début de la phase de développement. Si je m'oriente vers un développement "classique" en noir en blanc/monochrome je vais dans ma liste de preset dédiés, sinon je me promène dans la liste déroulante de Lightroom et visualise en haut à gauche dans le panneau de Navigation l'effet de chacun et enregistre certains qui m'attirent l’œil dans le panneau Instantanés.

J'en vois deux qui m’intéressent :

Preset Eric Kim Lomo Green

Preset Eric Kim Lomo Green

Preset HDR look (strong)

Preset HDR look (strong)

Le premier donne un éclairage intéressant sur l'herbe de premier plan;

Le second, que j'utilise souvent quand je veux donner du peps à une image, donne de la présence au corps.

Je vais étudier un peu les curseurs de chacun et à partir de là faire ma propre interprétation.

Ce qui me semble intéressant à retenir, c'est qu'à la fois je n'aurais probablement pas eu l'idée de mon interprétation finale si je ne m'étais pas appuyé sur des presets et que à la fois aussi j'ai fini par trouver un rendu plus personnel.

"Espace vert"

Passons à une autre image.

Je l'ai dit, je ne suis pas en général très inspiré par le règne végétal dans la photographie de nus. Je ne fais pas de stage dans cet environnement et cette photo à été prise dans l'arrière cour d'une usine désaffectée envahie par une véritable "jungle"...

Cependant je voudrais souligner quelques points qui pourraient vous aider si vous voulez approcher le nu au milieu des plantes.

Premièrement, pensez à jouer avec les contrastes, le soleil filtrant à travers les feuilles et les branches. Prenez garde aux tâches de lumière sur la peau et il est souvent plus simple de placer le M.à l'ombre sauf si il est en petite silhouette dans un vaste ensemble.

Deuxièmement sachez que la couleur verte du végétal vous permettra de jouer avec le curseur "vert" et accessoirement "bleu vert" du panneau de développement TSL, sans limite, car ils n'affectent pas la peau du M. Vous pourrez donc vous régaler en faisant varier le contraste entre le M. et son environnement.

Attention le curseur jaune agira en même temps sur la verdure mais aussi sur la peau du modèle :

La peau du M. est très sensible et est rapidement victime d'artefacts quand, dans les couleurs (orange, jaune et rouge dans l'ordre d'importance) qui l'affectent on utilise les curseurs correspondants en lumière artificielle tungstène et boîte à lumière continue. En revanche, en lumière du jour, on a plus de latitude. On pourra donc par exemple par un jeu inverse des curseurs augmenter la luminance sur la peau et la diminuer sur les feuillages ou l'inverse.

4646 telle quelle Canon 5D mark II, zoom 24/105 mm, lumière du jour, N3

4646 telle quelle Canon 5D mark II, zoom 24/105 mm, lumière du jour, N3

4646

4646

Bel histogramme !

Une focale correspondant à la vue humaine, une ouverture à f8 comme je les aime et une vitesse un poil basse comme je les risque...

Les noirs bouchés correspondent à de petites zones d'ombres dans la jungle et à une fine ligne de basses lumières dans les cheveux du M.

Reste que là encore je m'ennuie en regardant ce type d'images et je vais chercher à la "sublimer" comme on dit quand on parle le français cucul la praline.

Je tombe sur le preset Matt's Sin City Dark red, une star des preset et d'un clic voici le travail !

"Espace vert"
Commenter cet article

À propos

Apprendre à photographier le nu et dialoguer avec l'auteur de "Les secrets de la photo de nu" aux éditions Eyrolles.